Interview de David Attoub

(rugby)

Joueur du Stade Français depuis 2007, David Attoub a été au centre d’un grand débat en début d’année suite à sa suspension d’un an à cause d’une « fourchette » sur un adversaire. A moins de deux mois de la fin de sa suspension, il évoque cette période difficile mais aussi sa sélection en équipe de France, en 2006.

David, vous comptez à l’heure actuelle une sélection en équipe de France, lors du match Roumanie-France en juin 2006. Considérez-vous cette sélection comme le meilleur souvenir de votre carrière à ce jour ?

« Non, pas du tout. C’est un des meilleurs, mais j’ai beaucoup de bons souvenirs. En fait, cette sélection était une sorte d’accomplissement pour moi ! »

Vous évoluez au Stade Français depuis 2007. Qu’est-ce qui vous plaît le plus au sein de ce club ?

« Ce qui me plaît le plus, c’est l’esprit de famille qui peut régner au sein du groupe, les gens, les supporters, et le fait que ce soit un club un peu atypique. »

On a énormément parlé de votre suspension de 70 semaines (ensuite ramenée à 52 semaines) prononcée par la commission de discipline de l’ERC pour une fourchette réalisée en décembre 2009 lors d’un match de Coupe d’Europe. Qu’est-ce qui a été le plus dur à vivre dans cette affaire ?
« C’est le moment de la sanction et la façon dont les Anglais m’ont traité (l’ERC est une institution britannique, ndlr). »

Quel est votre quotidien depuis le début de votre suspension ?

« Je m’entraîne avec le groupe. Je fais des formations, notamment en anglais. Je rencontre un maximum de patrons d’entreprises pour essayer de créer un plan pour l’après-carrière. Je vais aussi voir des enfants dans les hôpitaux, avec la Ligue, et je vais à l’école de rugby du club ! »

Cette longue suspension est le deuxième gros coup dur de votre carrière après votre infection à un staphylocoque doré à l’été 2006. Avez-vous le sentiment que le sort s’acharne sur vous ?

« Oui, un petit peu, mais il ne faut pas être fataliste. Il faut relativiser et être convaincu qu’on a la chance d’être sportif de haut niveau. C’est très fragile et quand ça s’arrête, c’est un énorme manque ! J’espère revenir très vite sur le terrain et retrouver mon niveau rapidement. »

Avez-vous un moment songé à mettre un terme à votre carrière ?

« Oui, bien sûr. Mais comme je vous le dis, on a tellement de chance d’être sportif de haut niveau qu’on a envie de le rester ! »

Votre sanction prendra fin en décembre prochain. Craignez-vous de mettre du temps à retrouver tous vos automatismes en compétition ?

« C’est sûr qu’il y aura un petit peu d’appréhension. Mais je crois que le groupe va m’aider à progresser, à me réintégrer au plus vite et à retrouver un bon niveau. »

Quels seront vos objectifs d’ici la fin de saison ? Songez-vous à l’équipe de France ?

« Je me consacre d’abord au Stade Français. Si tout va bien, le reste suivra ! »

Pour finir, avez-vous déjà des idées précises pour votre reconversion ?

« Non, je n’ai pas d’idées très précises. J’ai rencontré des gens du milieu de l’entreprise, et c’étaient des rencontres plutôt positives. Je suis notamment en contact avec deux sociétés du club ! »

Merci beaucoup David d’avoir répondu à ces questions !

Crédit photos : Getty Images et Panoramic

La carrière de David Attoub en quelques lignes :

Evoluant au poste de pilier droit, David Attoub commence sa carrière à Valence, en Fédérale 1. En 2000, il devient champion du monde des -19 ans avec l’équipe de France. Entre 2003 et 2005, il joue à Clermont, club au sein duquel il est notamment finaliste du Challenge européen en 2004. Il passe ensuite deux saisons au Castres Olympiques.

En juin 2006, il connaît sa première sélection en équipe de France, contre la Roumanie. Peu après, il connaît un gros coup dur avec une infection par un staphylocoque doré qui l’éloigne des terrains pendant sept mois. Revenu ensuite à son meilleur niveau, il évolue au Stade Français depuis 2007.

En janvier 2010, il est suspendu par la commission de discipline de l’ERC pour une durée de 70 semaines à cause d’une « fourchette » réalisée en Coupe d’Europe le mois précédent. Cette suspension qui a ensuite été réduite à 52 semaines prendra fin en décembre prochain. A 29 ans, David Attoub voudra montrer qu’il n’a rien perdu de son talent.