Interview de Boris Neveu

(kayak)

La semaine dernière avaient lieu les championnats d’Europe de canoë-kayak, à Nottingham, en Angleterre. L’occasion de découvrir l’un des champions français, Boris Neveu, qui a remporté la médaille d’argent en individuel ainsi que la médaille de bronze dans l’épreuve par équipe.

Boris, parle-nous de ta récente médaille d’argent aux championnats d’Europe… quel est ton sentiment ?

« C’est ma première médaille individuelle sur un grand championnat, ce n’est que du bonheur ! Après deux années difficiles de non sélection, je suis vraiment heureux de retrouver mon plus haut niveau et de pouvoir m’exprimer au niveau international de cette manière. Deux médailles sur ces championnats d’Europe, je n’en reviens pas ! »

Est-ce pour l’instant le meilleur souvenir de ta carrière ?

« Non, ce n’est pas le plus beau souvenir que j’ai connu durant ma carrière. Le meilleur moment reste ma première médaille en Coupe du monde (troisième en 2005 à Augsburg, Allemagne). C’était ma première participation en Coupe du monde, j’avais 19 ans, personne ne me connaissait sur le circuit international et je ramène une médaille….Trop bon !!!
Cette médaille européenne reste tout de même parmi les grands moments de ma carrière. »

Quand et dans quelles circonstances as-tu commencé le kayak ?

« J’ai commencé le kayak très tôt, à 5 ans, car mes parents pratiquaient déjà cette activité sous forme de randonnée et de descente de rivières. J’ai débuté la compétition vers l’âge de 14 ans. »

Comment se déroule une compétition de kayak ?

« Une compétition de slalom est une course contre la montre sur une partie de rivière d’environ 150 à 200 mètres. Il faut faire le parcours matérialisé par des portes le plus rapidement (en général, il fait entre 1 minute 30 et 2 minutes). Les portes vertes sont à prendre dans le sens du courant tandis que les rouges sont à remonter. Chaque mauvais franchissement entraîne une pénalité qui s’ajoute au temps : 2 secondes pour une porte touchée et 50 secondes pour une porte ratée. A haut niveau, 2 secondes de pénalité coûtent cher mais c’est encore jouable pour accrocher un podium, tandis qu’un 50 signifie que la course est perdue. Par exemple, aux championnats d’Europe, il y a moins d’une seconde d’écart entre les trois premiers…
Sur une compétition internationale, il y a d’abord des qualifications où seuls les vingt premiers sont qualifiés, puis une manche de demi-finales où l’on en garde dix, et enfin la manche de finale où les chronos des dix sélectionnés sont remis à zéro. »

Comment gères-tu la grosse concurrence qui existe en France en kayak, notamment vis-à-vis du peu de places qualificatives pour les grandes compétitions internationales ?

« C’est vrai qu’il n’y a que trois places par nation pour les grands championnats et qu’en France il y a une très forte densité. Nous avons notamment Fabien Lefèvre (double médaillé Olympique), Julien Billaut (champion du monde 2006 et champion d’Europe 2004), Séb Combot (champion du monde 2007), Pierre Bourliaud (vice-champion du monde 2007 par équipe)… et moi… plus les jeunes qui arrivent fort… pour seulement trois places !!! Ca en laisse forcément quelques uns sur le bord lors des courses de sélections, mais je pense que cela amène une concurence saine qui nous permet de nous tirer vers le haut et d’être parmi les meilleures nations de kayak. »

Tu as gagné ton billet pour les championnats du monde qui auront lieu en septembre à Séu d’Urgell (Espagne)… Quels y seront tes objectifs ?

« Le bassin de Séu d’Urgell, je le connais bien car nous y avons couru deux fois les courses de sélections, et que j’ai fini troisième des pré-championnats du monde l’an passé. Cette année, j’espère finir parmi les trois premiers mondiaux et ramener le titre par équipe que nous avions gagné en 2006 à Prague. Pour le moment, tout est réuni pour que je sois performant là-bas, pourvu que ça dure ! Il devrait y avoir énormément de supporters français et pour que ce soit une belle fête pour le canoë-kayak, à nous de ramener les médailles ! »

Merci beaucoup Boris de m’avoir accordé cette interview si rapidement après ta médaille !

La carrière de Boris Neveu en quelques lignes :

Boris Neveu est un kayakiste français de 23 ans membre du pôle France de Toulouse et du club ALCK Bagnères de Bigorre.

Il fait d’abord ses preuves chez les juniors, en obtenant la médaille d’or par équipe et la quatrième place en individuel lors des championnats du monde junior en 2004.

Au niveau senior, Boris Neveu monte sur le podium d’une Coupe du monde en 2005 (à Augsburg). L’année suivante, il devient champion du monde par équipe et termine 12e de l’épreuve individuelle.

Aux championnats d’Europe en 2009, il remporte deux médailles : la médaille d’argent en individuel et la médaille de bronze par équipe. Espérons qu’il fera aussi bien aux championnats du monde de Séu d’Urgell, en septembre !

Pour en savoir plus sur Boris, visitez son blog : boris.neveu.over-blog.com