Interview de William Accambray

(handball)

L’équipe de France entame aujourd’hui le tour principal du Championnat d’Europe de handball. Juste avant le début de la compétition, nous avons rencontré William Accambray. Champion du monde 2011 et champion olympique 2012, il va tenter d’ajouter un titre de champion d’Europe à son palmarès.

William, l’équipe de France dispute du 12 au 26 janvier le Championnat d’Europe. Le fait qu’il s’agisse du seul titre qui manque à ton palmarès international t’amène-t-il une motivation supplémentaire ?

Ce n’est pas forcément une motivation supplémentaire parce que je ne pense pas aborder un Championnat d’Europe différemment des Jeux Olympiques ou d’un Championnat du monde. C’est vrai que c’est un titre que j’aimerais bien avoir pour compléter mon palmarès, mais je compte aussi essayer de gagner d’autres titres dans le futur.

En 2011, tu as été sélectionné et tu as remporté l’or au Championnat du monde. Comme tu n’avais pas été des aventures de 2008, 2009 et 2010, as-tu senti une pression encore plus grande sur toi en tant que nouveau ?

Non. Je savais que j’aurais des responsabilités sur le Championnat du monde 2011. Or, les responsabilités ne me font pas peur et j’en demande. Je n’avais pas de pression particulière à ce moment-là et j’étais même excité. Ça s’est bien passé !

En 2012, tu es devenu champion olympique avec la France quelques mois après une grosse désillusion au Championnat d’Europe. Avec le recul, considères-tu que cet échec à l’Euro a permis à la France d’être championne olympique ?

Peut-être. Je ne saurais pas dire si c’est dû à l’Euro, mais c’est sûr en tout cas que ça a fait une petite piqûre de rappel sur tout ce qu’il fallait mettre dans une compétition pour aller au bout. Ça a permis une remise en question. Pour Jeux Olympiques, on a passé un mois et demi de préparation à se concentrer et à énormément travailler.

Tu étais en fait le quinzième homme de la liste lors des Jeux Olympiques et tu as intégré l’équipe en quarts de finale. Le début de compétition a-t-il été difficile à vivre ?

La seule chose qui était difficile était pendant les matchs car le reste du temps, je vivais avec le groupe et il n’y avait rien de différent. C’est sûr que quand j’étais en tribunes et que je voyais les autres jouer sur le terrain, ça me piquait un peu ! Tu es quand même aux Jeux Olympiques, le plus grand événement sportif au monde ! J’espérais entrer à un moment donné et j’aurais été vraiment déçu si j’avais fait toute la compétition dans les tribunes.

Beaucoup de personnes se souviennent de toi pour le but que tu as marqué à la dernière seconde du quart de finale des JO contre l’Espagne et qui a permis à la France de se qualifier pour les demi-finales. Cela a-t-il été difficile de se reconcentrer pour la demi-finale et la finale après un tel moment ?

Non, pas du tout. En demi-finale, je pense que j’étais parti pour réaliser exactement le même match. On m’a aussi fait entrer en début de seconde période et j’ai mis trois buts en quelques minutes. Ensuite, on m’a fait sortir sur la fin alors que je crois que j’allais encore marquer sept ou huit buts. Je pense que j’étais sur la continuité de ce que j’avais fait sur le quart de finale. J’étais dans un état euphorique, de grande performance. Je n’étais pas déstabilisé par ce qui s’était passé.

En 2011, tu as été élu meilleur joueur du championnat de France. Est-ce un titre auquel tu accordes une importance particulière ?

Quand on reçoit une récompense personnelle, c’est toujours une fierté. Mais je ne m’arrête pas à ça. Je vais essayer de continuer à être le plus performant possible pour continuer à avoir des petits titres individuels comme ça.

Tu fais partie d’une équipe de France exceptionnelle qui rafle quasiment tout sur son passage. Est-ce que tu en as conscience actuellement ou bien il te faudra un peu de recul pour réaliser tout ça ?

J’en ai conscience. Mais je ne sais pas si on se rend compte de l’importance du truc quand on y est. Peut-être que je m’en rendrais un peu plus compte dans quelques années. Si à un moment donné, on voit que l’équipe de France n’a plus trop de résultats et stagne, on se dira alors que ce qu’on a fait était vraiment exceptionnel et qu’on a fait partie d’un truc unique. Actuellement, j’ai conscience que je suis dans une grande équipe et je prends beaucoup de plaisir à y jouer.

Tu n’as actuellement que 25 ans et tu es déjà champion Olympique et du monde et multiple champion de France. As-tu déjà rempli tous tes objectifs sportifs ? Quels sont tes autres rêves ?

Déjà, je vais essayer de gagner tous les titres possibles. Je n’ai encore gagné ni le Championnat d’Europe en sélection ni la Ligue des Champions en club. Ça reste pour moi des objectifs. Si je gagne un jour ces deux titres, je ne vais pas être satisfait de moi et m’arrêter. Je vais tout faire pour étoffer mon palmarès et avoir la plus belle carrière possible. Pourquoi pas un jour évoluer dans un Championnat étranger pour voir et apprendre d’autres choses ? Ça fait partie d’une carrière et de l’évolution des grands joueurs.

Merci beaucoup William et bonne chance pour le Championnat d’Europe !

Crédits photos : Sportissimo / S. Pillaud (photos 1 et 3)

La carrière de William Accambray en quelques lignes :

Evoluant au poste d’arrière gauche, William Accambray débute sa carrière au Montpellier Agglomération Handball. Il n’a depuis pas quitté ce club et y a déjà remporté un impressionnant palmarès : 6 fois champion de France,  6 fois vainqueur de la Coupe de France et 6 fois vainqueur de la Coupe de la Ligue.

Il est sélectionné pour la première fois en équipe de France en 2009. En 2011, il devient champion du monde avec les Bleus. Lors des Jeux Olympiques de Londres en 2012, il est sélectionné en tant que quinzième homme (réserve) et entre dans la compétition en quarts de finale. Il y inscrit à la dernière seconde contre l’Espagne le but qui qualifie la France. Après une victoire en finale contre la Suède, il devient champion olympique.

Agé de 25 ans, William Accambray dispute actuellement le Championnat d’Europe au Danemark avec l’équipe de France. Il compte déjà plusieurs distinctions individuelles, notamment celles de meilleur joueur du Championnat de France 2011 et de meilleur arrière gauche du Championnat 2010, 2011 et 2013.

Pour en savoir plus sur William, visitez son site officiel : williamaccambray.fr