Interview de Jean-Michel Badiane

(football)

Défenseur central formé au PSG, Jean-Michel Badiane a eu un début de carrière prometteur marqué par ses premiers pas dans le club de la Capitale et des sélections en Equipe de France Espoirs. Pourtant, ses deux dernières saisons passées au club de Sedan ont été difficiles, ce qui l’a conduit à résilier son contrat en avril dernier. Son passé au PSG, ses moments difficiles à Sedan, ainsi que son futur, Badiane se confie sur interviewsport.fr !

Jean-Michel, tu as été formé au PSG et tu y as joué deux saisons… Quel est ton meilleur souvenir sous les couleurs du Paris Saint-Germain ?

« Il y en a pas mal. Le fait de pouvoir jouer mon premier match en Ligue 1, c’était à Toulouse. Pour moi, jeune formé au PSG, né à Paris, c’était une belle récompense ! Il y a aussi le match en Champion’s League contre le CSKA Moscou, que j’ai eu la chance de jouer. »

Peu de jeunes du PSG passaient à l’époque professionnels, contrairement à aujourd’hui. As-tu l’impression d’avoir été en quelque sorte un modèle pour les jeunes du centre de formation des années suivantes ?

« Je ne sais pas… En tout cas, c’est vrai que la politique du club à l’époque n’était pas comme aujourd’hui… C’est le lot des grands clubs et ça correspondait à la politique du club à l’époque. Aujourd’hui, ce n’est plus le cas et c’est bien. Il y a beaucoup de talents parmi les jeunes du centre de formation du PSG, et il y en a d’autres qui vont arriver… A partir du moment où on leur donne leur chance, il faut la saisir, comme c’est le cas pour des jeunes comme Sakho, Sankharé ou Arnaud, et j’en oublie, qui vont faire en quelque sorte la bonne pub du centre de formation… Alors si moi, à mon époque, à travers le peu de performances que j’ai pu faire, j’ai pu faire la pub du centre de formation, j’en suis vraiment content. »

En 2004, tu joues un match de Ligue des Champions avec le PSG, contre le CSKA Moscou. Décris-nous comment tu as vécu cette rencontre…

« Honnêtement, assez bien. La Ligue des Champions, pour moi qui regarde tous les matchs possibles et inimaginables, c’est le top pour tout joueur… Je vois encore aujourd’hui, tous les joueurs avec qui je parle de cette compétition, la première chose qu’ils me disent, c’est que c’est une chance d’entendre la chanson de la Ligue des champions en direct et que jouer un match, ce n’est pas le cas de tout le monde. »

Tu as été sélectionné en équipe de France Espoirs à plusieurs reprises. Quel est ton meilleur souvenir avec cette sélection ?

« Il n’y en a pas vraiment. J’ai vécu une très grosse aventure… Se retrouver en Espoirs aux cotés de Jérémy Toulalan, Etienne Didot et j’en oublie, c’était une grosse aventure qui s’est conclue par une demi-finale au Championnat d’Europe au Portugal… Tout le monde s’entendait bien… On aimait se retrouver le week-end, quand on s’affrontait, ou alors une fois par mois en sélection. C’était vraiment quelquechose de très enrichissant pour moi. »

En 2006, tu signes à Sedan. Pourquoi avoir quitté Paris ? Et pourquoi avoir choisi Sedan ?

« Je quitte Paris à l’époque parce-que je sors du Championnat d’Europe… J’avais rencontré le staff technique avant mes vacances, qui me dit qu’il compte sur moi. Mais pendant les vacances, j’apprends qu’on recrute un joueur dans mon secteur, donc, à raison ou pas, je le prends un peu comme une défiance à mon égard… A partir du moment où on recrute quelqu’un dans mon secteur de jeu, étant donné qu’il y a déjà Yepes et Rozehnal, je ne pourrais pas faire le troisième, donc j’ai préféré partir dans un club où j’aurais un peu plus d’opportunités… Donc j’ai choisi Sedan, parce-qu’ils m’ont proposé rapidement un défi sportif : c’est un beau club avec l’objectif sportif de pouvoir rester en première division. »

Ta première année se passe plutôt bien, mais tu joues très peu les deux saisons suivantes à cause d’une blessure au genou que tu contestes. Comment as-tu vécu cette situation ?

« Dans un premier temps, avec étonnement. En fait, j’ai une éducation que j’ai pu avoir aussi bien de mes parents que sportive à travers tous les éducateurs que j’ai pu avoir au PSG qui fait que je ne suis pas de nature à aller demander des explications à l’entraîneur ou aux dirigeants… Donc avec étonnement, car après la première saison où je joue assez régulièrement, les dirigeants me disent que je suis un élément de base et qu’ils veulent à tout prix que je reste. Et donc, à mon étonnement, dès le début de la saison, je sens que les regards ne sont plus les mêmes. Des bruits circulent au niveau de ma situation contractuelle car je suis un des rares à rester avec un statut aussi bien sportif que financier équivalent à un joueur de Ligue 1. Et ensuite, c’est plus grave me concernant, car ça concerne ma santé. On m’a énervé car à partir du moment où je suis blessé, je suis blessé, mais à partir du moment où je ne le suis pas, si je m’entraîne du lundi au vendredi, il n’y a aucune raison que je ne puisse pas jouer le samedi. A part si c’était pour des raisons sportives. Donc c’est ça qui m’a énervé dans la situation. C’est comme si à la direction à l’époque, ils n’assumaient pas leur choix. Ils m’auraient dit « bah non, on a de meilleurs joueurs », je l’aurais accepté, je ne l’aurais pas compris mais je l’aurais accepté. A partir du moment où on parle de ma santé j’ai dit « non » parce que ce n’est pas vrai. »

En avril, tu as résilié ton contrat à l’amiable avec Sedan. Quelles sont les raisons qui t’ont poussé à faire ce choix ?

« Comme j’ai commencé à l’expliquer, je considère ce qui a été dit comme de la désinformation. Bien sûr, la personne qui parle à chaque fois ne dévoile pas son identité. C’est pour ça que je suis parti du club. Un moment donné, je n’ai pas reçu mon salaire, donc je me suis présenté devant la Ligue. J’ai trouvé un accord. Au mois d’avril, un mois et demi avant la fin de la saison, j’ai préféré m’en aller sur le champ et préparer la compétition. Donc voilà, je suis parti m’entraîner avec la CFA du PSG et là-bas j’ai retrouvé beaucoup de joie de rejouer au football. »

Comment envisages-tu ton futur ? As-tu des contacts avec d’autres clubs ?

« Pour l’instant, non. J’ai un agent qui s’occupe de ça. Moi, je fais ma préparation physique pour être dans de très bonnes conditions, aussi bien physiques ou mentales, dès qu’un club se présente. Le fait de m’entraîner au PSG avec des éducateurs que je connais, ça fait un bien fou, une bouffée d’oxygène extraordinaire. Donc arriver prêt physiquement et mentalement s’il y a des clubs qui se présentent. »

Merci beaucoup Jean-Michel pour cette interview, et bonne chance pour la suite !

La carrière de Jean-Michel Badiane en quelques lignes :

Formé au PSG, Jean-Michel Badiane évolue au poste de défenseur central. Il signe son premier contrat professionnel avec le PSG en 2004. Lancé par Vahid Halilhodzic, il joue sept matchs en Ligue 1 dès sa première année, dont le premier contre Toulouse en août 2004, et joue également un match de la prestigieuse Ligue des Champions, contre le CSKA Moskou.

Ses bonnes performances lui permettent d’être sélectionné en Equipe de France Espoirs à plusieurs reprises, notamment lors du Championnat d’Europe 2006, où la France atteint les demi-finales.

En 2006, Badiane quitte le PSG et signe un contrat de trois ans avec Sedan. Après avoir joué 19 matchs de championnat la première saison, il ne joue plus que très peu les deux saisons suivantes. En avril 2009, il résilie son contrat avec Sedan suite à un différent entre les deux parties. Aujourd’hui âgé de 26 ans, Jean-Michel Badiane cherche un nouveau club pour prouver qu’il n’a rien perdu de son talent.