Interview de Loïc Duval

(sport automobile)

A des milliers de kilomètres d’ici, un français brille dans un championnat peu connu en France mais majeur au Japon : il s’agit de Loïc Duval, 27 ans, qui vient de remporter le mois dernier le championnat de Formule Nippon. Interviewsport.fr vous mène à la découverte de ce champion, qui a également participé aux 24 H du Mans.

Loïc, tu viens de devenir champion de Formule Nippon… Peux-tu tout d’abord nous présenter ce championnat méconnu en France ?

« La Formule Nippon est tout à fait comparable à la GP2 en Europe, à part qu’en Formule Nippon, les pilotes peuvent faire une carrière au Japon en cumulant les deux catégories reines : la Super GT et la Formule Nippon. Ce sont des monoplaces au châssis américain Swift depuis cette année (nous avions des Lola jusqu’à présent), et Toyota et Honda sont les deux motoristes de la série, avec des moteurs d’environ 650 chevaux pour 600 kg. »

La conquête de ce titre est-t-elle pour l’instant le meilleur souvenir de ta carrière ?

« Ca en fait partie, mais ce n’est pas LE meilleur souvenir de ma carrière. En fait, j’en ai plusieurs. Il y a Le Mans 2008, où même si on n’avait pas gagné, j’ai passé la ligne d’arrivée, et c’était pour moi un moment exceptionnel dans ma carrière, et il y a aussi mes deux titres consécutifs de Formule Campus et de Formule Renault. »

En 2006, pourquoi as-tu décidé de partir conduire au Japon ?

« Fin 2005, à Macao, après avoir décroché la pole et la victoire de la première course en F3 Euroseries, mais où j’avais écopé d’un « jump start » à cause du frein à main qui m’avait échappé des doigts sur la grille de départ de la deuxième course, le RDD (Renault Driver Development, Renault F1 junior team) m’avait proposé de rouler en GP2 dans une écurie de second rang. Dans la foulée, j’ai été repéré grâce à Macao et j’ai eu la proposition de venir au Japon, en tant que pilote professionnel, pour rouler dans les deux catégories, Super GT et Nippon, au sein de l’équipe Nakajima, une des équipes les plus renommées sur le plateau japonais… Je n’ai pas beaucoup hésité, je suis parti rouler là où mes chances de gagner étaient les meilleures. »

En 2008, tu as participé aux 24 H du Mans… Cette expérience t’a-t-elle donné envie de disputer de nouveau cette épreuve ou d’autres courses d’endurance ?

« Le Mans a été pour moi un grand moment, vraiment, j’ai adoré cette course, l’ambiance, la pression, le challenge… C’était fantastique, et oui bien sûr je souhaite renouveler cette expérience et je travaille dessus. »

En dehors des courses proprement dites, de quoi est fait le quotidien d’un pilote automobile de Formule Nippon ?

« Répondre aux interviews… Sinon, j’ai une vie classique de pilote auto, basée autour de la préparation physique. »

A terme, vises-tu un baquet en Formule 1 ? Sinon, quels objectifs te fixes-tu pour la suite de ta carrière ?

« Oui, je vise un baquet, même si au fur et à mesure des années l’objectif F1 est de plus en plus difficile à atteindre. Au Japon, je vise la victoire du championnat de Super GT et j’aimerais aussi conquérir de nouveau le titre de Nippon. Bien sûr, je souhaite courir de nouveau les 24 H et monter sur le podium du Mans. Sinon, je pourrais aussi revenir en Europe, même pour faire autre chose que de la F1. »

Merci beaucoup Loïc et bonne chance pour la dernière course de la saison de Formule Nippon ce week-end !

La carrière de Loïc Duval en quelques lignes :

Loïc Duval commence sa carrière dans le sport automobile à 19 ans dans le championnat de France de Formule Campus, qu’il remporte. L’année suivante, en 2003, il remporte le championnat de France de Formule Renault. Repéré par le Renault Driver Development, il intègre ensuite le championnat de Formule 3 Euroseries dans l’écurie Signature.

En 2006, Loïc Duval décide de partir piloter au Japon, au sein de la prestigieuse équipe Nakajima. Il y participe aux championnats de Formule Nippon et de Super GT. Vice champion de Super GT en 2007, il devient ensuite vice champion de Formule Nippon en 2008, année où il participe aussi aux 24 H du Mans (qu’il termine à la huitième place).

En août 2009, il décroche le titre de champion de Formule Nippon, avant même la dernière course de la saison qui se déroulera le week-end prochain et où Loïc tentera de remporter sa quatrième victoire de la saison.

Pour en savoir plus sur Loïc, visitez son site officiel : loicduval.com