Interview de Kseniya Moustafaeva

(gymnastique rythmique)

Dans une semaine, Kseniya Moustafaeva va disputer les Championnats du monde de gymnastique rythmique et tenter d’obtenir son billet pour les Jeux Olympiques de Rio 2016. Nous avons rencontré la numéro 1 française, onzième des Mondiaux l’année dernière.

Kseniya, peux-tu tout d’abord nous présenter rapidement la gymnastique rythmique pour ceux qui ne connaissent pas cette discipline ?

La gymnastique rythmique est un sport uniquement féminin. Il y a quatre engins : le cerceau, le ballon, les massues et le ruban. Chaque engin se pratique sur une musique d’une minute 30 et un engin se fait avec une musique à paroles.

En juin dernier, tu as participé aux Jeux Européens et tu as terminé septième. Es-tu satisfaite de ce classement aux Jeux Européens ?

Oui, je suis très satisfaite. Il y avait beaucoup de pression. C’était les premiers Jeux Européens donc il fallait donner le meilleur de soi. Je suis assez contente parce qu’il y avait toutes les meilleures européennes. C’était comme les Championnats d’Europe pour nous. Je suis contente de mon travail en général !

Tu as aussi été nommée ambassadrice de ces Jeux Européens. En quoi a consisté ton rôle ?

Je ne m’y attendais pas du tout ! C’était un grand privilège. Cela s’est fait via le Comité Olympique. Il fallait que je promeuve les Jeux Européens en France. J’étais l’athlète qui représentait les Bleus pour les Européens !

Revenons un peu en arrière. Tu avais participé aux Test Event des Jeux Olympiques de Londres en 2012 mais tu n’avais pas obtenu de qualification pour les JO. Cela reste-t-il un grand regret pour toi ?

Le fait de participer était déjà un grand privilège parce que je ne m’y attendais pas. C’était ma première grande compétition après avoir obtenu la nationalité française. Je n’avais donc pas trop d’expérience. C’était quelque chose d’énorme et je ne regrette pas du tout !

L’objectif pour toi est maintenant les Jeux Olympiques de 2016. Comment va se passer la qualification et la course aux quotas ?

Cela va être en septembre aux Championnats du monde, à Stuttgart. C’est dans moins d’un mois. Il faut entrer dans les 24 premières sur trois jours de qualifications, et ensuite dans les 15 premières. La qualification pour les Jeux Olympiques se fera le dernier jour.

Ta mère est également ton entraîneur. Est-ce parfois difficile à gérer notamment au niveau de la séparation des rôles ?

Il faut essayer de trouver un juste milieu. Quand on l’a trouvé, cela marche bien après. Cela fait douze ans que ma Maman est mon entraîneur et jusqu’à maintenant, on a beaucoup de résultats. Il faut continuer comme ça !

La gymnastique rythmique est composée de plusieurs engins. Est-ce que tu t’entraînes autant sur chacun ?

Comme la qualification se joue sur les quatre engins, il faut être régulière dès l’entraînement. Si j’ai deux entraînements par jour, je fais deux engins le matin et deux l’après-midi. Si j’ai un seul entraînement dans la journée, je fais les quatre engins. Il faut essayer d’acquérir une stabilité à l’entraînement pour être performante en compétition.

Les Jeux Olympiques de Rio en 2016, tu y penses tous les jours ?

Je pense aux Jeux Olympiques en eux-mêmes depuis que je suis toute petite. Je travaille pour ça et ça approche. C’est bientôt la dernière ligne droite. Il reste encore des choses à perfectionner, notamment sur la régularité pour pouvoir entrer dans les quinze premières et aller aux Jeux.

Merci beaucoup Kseniya et bonne chance pour les Championnats du monde !

La carrière de Kseniya Moustafaeva en quelques lignes :

Kseniya Moustafaeva participe en 2012 au Test Event des Jeux Olympiques de Londres et prend la 22e place. Elle ne se qualifie pas pour les Jeux Olympiques.

En 2013 et 2014, elle poursuit sa progression aux Championnats du monde (12e du concours général en 2013 et 11e en 2014) et aux Championnats d’Europe (9e aux massues en 2013 et 8e du concours général en 2014).

En 2015, elle termine 7e au général des Jeux Européens de Bakou. Elle prend aussi la 8e place des Championnats d’Europe au cerceau et au ruban. Aujourd’hui âgée de 20 ans, Kseniya Moustafaeva va tenter de se qualifier pour les Jeux Olympiques de Rio via les Championnats du monde de Stuttgart en septembre.