Interview de Teddy Tamgho

(athlétisme)

A 20 ans, Teddy Tamgho incarne la nouvelle génération de l’athlétisme français. Spécialiste du triple saut, il a participé aux Championnats du monde de Berlin l’année dernière. Cette saison, il tentera de confirmer son talent, à commencer par les Championnats du monde en salle qui se dérouleront dans moins de dix jours au Qatar.

Teddy, ta saison 2009 a notamment été marquée par les Championnats du monde de Berlin, où tu as été éliminé en finale, suite à des douleurs aux mollets. Désormais, ces douleurs qui te sont apparues plusieurs fois l’année dernière sont elles complètement parties ?

« Oui, elles sont parties complètement. Après des examens, on a décelé un déficit important en magnésium et en fer. J’ai fait ce qu’il fallait, c’est-à-dire une cure d’un mois et demi ainsi qu’une bonne hydratation quotidienne ! Grâce à tout cela, le problème aux mollets n’est qu’un mauvais souvenir, je l’espère ! »

Avec un peu de recul, gardes-tu quand même un bon souvenir de ces Championnats du monde, qui représentent ta première grande compétition mondiale ?

« « Un bon souvenir », je ne dirais pas, car je m’étais dit depuis fin 2008 que j’irais là-bas pour gagner. Un échec de plus ! Cependant, j’ai gagné de l’expérience sur les grands championnats. En regardant l’attitude d’Idowu et même de Nelson Evora (respectivement médaillés d’or et d’argent, ndlr), j’y ai pris de la graine ! Je ne les imiterai pas mais je m’inspirerai d’eux dans les prochaines échéances car ils ont eu des comportements exemplaires. »

Mis à part ces Championnats du monde, es-tu satisfait de ta saison 2009 ?

« Ma saison, je ne le redirai pas, reste inachevée. J’accepte mon entrée sur les chapeaux de roues avec mon 17m 58 au meeting de Bercy, mais je n’ai pas confirmé en Championnats et lors de mon bilan de l’année, je ne prends aucune médaille internationale. Si je devais la noter, je ne lui donnerais qu’un simple 10 dû à mon saut à Bercy. »

Tu es devenu Champion du monde junior en 2008… Raconte-nous comment tu as vécu ce titre ?

« Ce titre a été très important dans ma carrière. Je le convoitais depuis 2006, quand Benjamin Compaoré a été sacré pour la première fois de l’histoire française du triple saut. Obtenir cette victoire fut une récompense pour tous les sacrifices faits pendant ces deux années. Je n’ai pas vécu cela comme si j’avais été sur le toit du monde, mais plutôt comme un signe encourageant pour ma future carrière ! Je me suis dit : « c’est maintenant que tout commence » ! »

Cependant, cette même année, tu n’as pas pu participer aux Jeux Olympiques de Pékin car tu avais réalisé les minimas avec trois jours de retard… As-tu digéré le fait de ne pas avoir pu participer aux JO ?

« Oui, j’ai digéré cette non-qualification, même si celle-ci était amère à avaler ! Jusqu’à présent, je ne comprends toujours pas la décision du CNOSF. Cette non-qualification, je pense que je l’ai payée en plus à Turin car je n’ai pas eu cette expérience chez les « grands » qui m’aurait sans doute permis de passer les qualifications. Mais bon, c’est de l’histoire ancienne ! »

Tu es souvent présenté comme le grand espoir de l’athlétisme français… Comment gères-tu cela ? N’est-ce pas un statut trop lourd à porter ?

« On me dit « espoir » mais à l’intérieur de moi, je ne le vois pas comme ça ! J’ai réalisé 17m 58, une performance que même des sauteurs confirmés n’ont pas réalisée. Ce qui me manque, ce sont les médailles chez les seniors ! Donc je gère ce statut et je l’accepte en attendant, je l’espère, de montrer que j’ai passé l’étape suivante ! »

Pour finir, quels sont tes prochains objectifs ?

« Mes objectifs (rires)… rester en bonne santé ! Vous savez, dans le sport de haut niveau, nous poussons notre corps à 1000% et par conséquent on s’expose aux risques de blessures ! Faire une saison sans pépin sérieux serait un objectif crucial pour pouvoir me lâcher en compétition. Ensuite, l’objectif est de trouver une stabilité dans les sauts, c’est-à-dire de toujours réaliser des performances correctes autour de 17m 20/17m 30 à toutes les sorties, quelque soient les circonstances ! Et pour finir, tout donner en championnats pour essayer de récupérer les meilleures places possibles. En termes de performance, ce n’est que la cerise sur le gâteau ! »

Merci beaucoup Teddy et bonne chance pour cette nouvelle saison !

La carrière de Teddy Tamgho en quelques lignes :

Spécialiste du triple saut, Teddy Tamgho devient Champion du monde junior en juillet 2008 avec un saut à 17,33 m. Malgré cette performance, il n’est pas retenu pour les Jeux Olympiques de Pékin pour avoir réalisé les minimas avec 3 jours de retard, lors d’un meeting à Monaco.

En février 2009, il se distingue lors du meeting de Paris-Bercy avec un saut à 17,58 m : il s’agit de la meilleure performance de l’année en salle. Lors des Championnats du monde de Berlin, en août, il passe les qualifications mais est ensuite gêné par des douleurs aux mollets : il prend alors la 11e place de la compétition. Agé de 20 ans, Teddy Tamgho incarne la nouvelle génération de l’athlétisme français et participera aux Championnats du monde en salle, qui se dérouleront du 12 au 14 mars au Qatar.