Interview de Jimmy Vicaut

(athlétisme)

Cette semaine, nous avons rencontré Jimmy Vicaut. Âgé de 19 ans, il s’est distingué en 2011 aux Championnats du monde de Daegu en terminant sixième de la finale du 100 mètres et en décrochant la médaille d’argent avec le relais 4×100 mètres. En 2010, il était devenu champion d’Europe avec Christophe Lemaître et le relais français.

Jimmy, ton année 2011 a notamment été marquée par ta sixième place en finale du 100 mètres aux Championnats du monde. Cette place de finaliste dans l’épreuve reine est-elle la chose dont tu es le plus fier dans ta carrière jusqu’à présent ?

Bien sûr ! Même si j’ai été champion d’Europe, c’est quand même une place en finale d’un championnat senior ! C’est magique ! C’est monstrueux !

Tu es né en 1992 et tu n’as donc pas encore vingt ans. Quel effet cela t’a-t-il fait de courir en finale des Championnats du monde contre Usain Bolt ?

Sur le coup, quand il fait son faux départ, tu te dis que ça peut t’arriver à toi aussi. Mais tu es en championnat et tu te prépares toute l’année pour arriver là donc je pense qu’à force, tu n’as pas le trac.

Lors de ces Championnats du monde de Daegu, tu as également remporté la médaille d’argent avec le relais 4×100 mètres. Quelle médaille a été la plus dure à décrocher : celle des Mondiaux ou bien le titre de champion d’Europe un an auparavant ?

Celle de Daegu, parce que ce sont les Championnats du monde. A Barcelone, il y avait les Italiens et les Allemands. Là, il y avait les Jamaïcains, les Américains, le relais de Trinidad… C’est vraiment beaucoup plus dur de gagner une médaille au niveau mondial qu’européen !

Tu es devenu champion d’Europe avec le relais 4×100 mètres en 2010 à Barcelone. Comment as-tu vécu cette course de l’intérieur ?

J’avais le trac et la pression. Je me disais que si je me loupais, on allait dire : « le petit junior, il n’a pas tenu la pression, il a craqué ! ». J’avais juste peur de ça. Sur le coup, j’ai tellement flippé qu’au départ, quand le juge a dit « à vos marques », je n’avais pas le témoin dans ma main ! J’avais trop peur et après je me suis dit : « oh zut, le témoin ! ». Je l’ai pris et ensuite, c’était bon. J’ai fait mon travail, on a gagné et on a été champion d’Europe !

La forte médiatisation de Christophe Lemaître est-elle un avantage pour les autres sprinters français ?

C’est normal : c’est lui qui a le record de France et qui a décroché la médaille sur le 200 mètres à Daegu. Mais j’espère que si on le bat, on aura la même médiatisation.

La barre des dix secondes est-elle une obsession pour toi ?

Oui ! Je me dis qu’après, tu deviens un vrai sprinteur en descendant en dessous des dix secondes. J’espère le faire cette année !

Les Jeux Olympiques de Londres vont avoir lieu cette année. As-tu changé des éléments de ta préparation par rapport aux années précédentes pour cet événement particulier ?

Oui. Je m’entraîne aussi sur le 200 mètres. Je n’en ai jamais fait depuis que je suis arrivé à l’INSEP et j’aimerais vraiment en faire cette année.

Quels sont tes objectifs pour les Jeux Olympiques de Londres et pour les années futures ?

Déjà, la qualification pour Londres. Après, j’aimerais être en finale du 100 mètres. J’espère y aller mais il faut vraiment que je m’entraîne. Et pour l’année prochaine, ce sera les Championnats du monde en Russie.

Merci beaucoup Jimmy pour ta disponibilité et bonne année 2012 !

Crédit photos : Getty Images Europe, Andy Lyons (photo 1) et Michael Steele (photo 3)

La carrière de Jimmy Vicaut en quelques lignes :

Spécialiste du 100 mètres, Jimmy Vicaut remporte la médaille de bronze des Championnats du monde junior en 2010. Il intègre ensuite le relais 4×100 mètres lors des Championnats d’Europe de Barcelone. Il est le premier relayeur pour la finale et il remporte le titre européen avec ses coéquipiers Christophe Lemaître, Pierre-Alexis Pessonneaux et Martial Mbanjock (temps de 38’’11).

En 2011, il devient champion d’Europe junior du 100 mètres et du relais. Sélectionné aux Championnats du monde disputés à Daegu (Corée du Sud), il arrive à se qualifier en finale de l’épreuve reine. Il s’agit du deuxième plus jeune athlète de l’histoire à se qualifier en finale du 100 mètres. Il se classe sixième avec un temps de 10’’27. Il devient également vice-champion du monde du relais avec Teddy Tinmar, Christophe Lemaître et Yannick Lesourd (en 38’’20).

A bientôt 20 ans, Jimmy Vicaut a un record personnel sur 100 mètres de 10’’07. Il vise désormais les Jeux Olympiques de Londres, en août prochain.