Interview de Wilhem Belocian
(athlétisme)

Wilhem Belocian est l’un des hommes forts du 110 m haies français. Champion du monde junior 2014 et mĂ©daillĂ© de bronze aux Championnats d’Europe 2016, il a battu cette saison son record personnel. Il tentera de briller aux Jeux Olympiques de Tokyo 2021.

Wilhem, tu es devenu champion du monde junior en 2014, battant en même temps le record du monde junior. Ce statut a-t-il été difficile à gérer pour tes débuts en senior ?

Le statut n’a pas du tout Ă©tĂ© difficile Ă  porter. Je savais que la catĂ©gorie junior et la catĂ©gorie senior sont diffĂ©rentes. Je sentais que j’étais attendu mais c’était vraiment un challenge pour moi. Depuis tout petit, je voulais « titiller les grands Â» et c’était donc une motivation supplĂ©mentaire. De plus, l’émulation qu’il y a sur le 110 m haies français ne peut que nous booster !

Tu as remportĂ© la mĂ©daille de bronze des Championnats d’Europe en salle 2015, participant ainsi Ă  un triplĂ© français sur la course. T’attendais-tu Ă  un podium sur cette compĂ©tition ?

Je ne m’attendais pas du tout Ă  un podium lors ces Championnats d’Europe en salle Ă  Prague. C’était mon premier grand championnat chez les grands. L’objectif Ă©tait d’aller prendre de l’expĂ©rience sur la compĂ©tition et de voir ce qui se passerait. Cela a donnĂ© une troisième place. C’était vraiment une très bonne surprise. En plus, il y a eu un triplĂ© français sur cette course. C’était vraiment incroyable !

« C’est sûr que faire un faux départ aux Jeux Olympiques est une expérience qui est difficile à vivre »

En 2016, tu as remportĂ© la mĂ©daille de bronze des Championnats d’Europe. Cette mĂ©daille est-elle le meilleur souvenir de ta carrière Ă  ce jour ?

Ce n’est pas vraiment mon meilleur souvenir. Mon meilleur souvenir, c’est 2014-2015. Mais la médaille de 2016 fait partie des meilleurs souvenirs. A l’approche des Jeux Olympiques et sur mon premier grand championnat en extérieur, faire un podium était un truc de fou !

Tu as participĂ© aux Jeux Olympiques de Rio 2016 mais tu as Ă©tĂ© Ă©liminĂ© en sĂ©ries suite Ă  un faux dĂ©part. As-tu mis du temps Ă  digĂ©rer cette dĂ©ception ?

C’est sûr que faire un faux départ aux Jeux Olympiques est une expérience qui est difficile à vivre. Au début, je pensais que je l’avais digéré car j’ai battu mon record personnel sur quelques meetings après les Jeux Olympiques. Mais en fait, j’ai quand même passé deux bonnes années de galère après. Le traumatisme était toujours présent. Cela m’a même un peu pénalisé sur mes départs. J’ai dû faire un gros travail par rapport à ça. C’est désormais revenu à la normale, mais c’était une très grosse déception et j’avoue que cela a été difficile à digérer.

Gardes-tu quand mĂŞme de bons souvenirs de ces Jeux Olympiques de Rio ?

Oui. Les Jeux Olympiques sont clairement un truc de fou ! C’est quand tu y participes que tu t’en rends compte. J’ai passĂ© de très bons Jeux Olympiques. J’étais très bien entourĂ© avec mes compatriotes Harold Correa, KafĂ©tien Gomis et Benjamin CompaorĂ©. J’ai effectuĂ© de très belles rencontres. Aux Jeux Olympiques, tout le monde est rĂ©uni donc c’est très intĂ©ressant. En athlĂ©tisme, on ne peut pas participer Ă  la cĂ©rĂ©monie d’ouverture. Mais la cĂ©rĂ©monie de clĂ´ture Ă©tait super. Le Village Olympique et l’ambiance Ă©taient aussi vraiment biens !

Penses-tu que ton expĂ©rience des Jeux Olympiques de Rio peut t’aider Ă  performer plus aux Jeux Olympiques de Tokyo 2021 ? As-tu une envie de revanche ?

Je ne parlerai pas d’envie de revanche. Mais en tout cas, les Jeux Olympiques de Rio m’ont clairement servi à préparer les Jeux Olympiques de 2020, qui auront lieu en 2021. C’est sûr que j’aurais vraiment une autre approche des Jeux Olympiques de Tokyo 2021.

« Cela m’a fait plaisir de refouler les pistes, de retrouver les compétitions et d’aller dans les hôtels »

Tu as atteint les demi-finales des Championnats du monde de Doha 2019. Après de nombreuses blessures, ce rĂ©sultat correspondait-il Ă  tes attentes ?

Ce n’était pas l’objectif que je m’étais fixé pour les Championnats du monde 2019 à Doha. Mais je sortais de six semaines de rééducation. Avec le recul, je me dis que terminer demi-finaliste de ces Championnats dans ce contexte était quelque chose de très fort.

Cette saison, et malgrĂ© la pandĂ©mie de covid-19, tu as battu ton record personnel et tu as Ă©tĂ© champion de France. Quel regard portes-tu sur cette saison ?

Cette saison a Ă©tĂ© vraiment particulière. Du coup, je me suis rĂ©joui du peu qu’on en a fait. Cela m’a fait plaisir de refouler les pistes, de retrouver les compĂ©titions et d’aller dans les hĂ´tels. C’est mon quotidien, cela fait partie de moi et j’adore ça. Je suis très satisfait car j’ai rĂ©ussi Ă  garder mon titre de champion de France Elite malgrĂ© les conditions. J’avoue qu’il y avait quand mĂŞme du stress avec le virus. Mais les personnes qui ont dĂ©cidĂ© de faire la saison malgrĂ© tout ont pu s’exprimer. Cela a prouvĂ© qu’on peut s’entraĂ®ner dans des conditions difficiles. J’espère que tout reviendra Ă  la normale et qu’on pourra pleinement profiter de tout ce qu’on a Ă  faire sur les saisons Ă  venir !

Merci beaucoup Wilhem et bonne chance pour la suite de ta carrière !

La carrière de Wilhem Belocian en quelques lignes :

Pratiquant le 110 m haies, Wilhem Belocian devient champion du monde junior et bat en même temps le record du monde junior en 2014. En 2015, il obtient la médaille de bronze des Championnats d’Europe en salle et participe ainsi au triplé français sur le podium.

En juillet 2016, il remporte la médaille de bronze des Championnats d’Europe. Sélectionné pour les Jeux Olympiques de Rio 2016, il est éliminé en séries à la suite d’un faux départ. Il est blessé lors des saisons 2017 et 2018.

En 2019, il atteint les demi-finales des Championnats du monde, devient champion de France et obtient la médaille d’argent des Universiades. Aujourd’hui âgé de 25 ans, Wilhem Belocian a battu son record personnel (13’’18) et a remporté un deuxième titre de champion de France cette année.

drapeau olympique Participation aux Jeux Olympiques de Rio 2016

Laisser un commentaire

COMMENTAIRE