Interview d’Anémone Marmottan

(ski alpin)

En 2010, Anémone Marmottan a terminé onzième du slalom géant aux Jeux Olympiques de Vancouver. Un an plus tard, elle a remporté le titre de championne du monde par équipe. Après une grave blessure, la skieuse de 24 ans prépare actuellement la nouvelle saison.

Anémone, tu as été gravement blessée en mars 2011 avec une double fracture du tibia-péroné. Aujourd’hui, es-tu encore gênée par cette blessure ? As-tu bien récupéré ?

A la suite de ma double fracture, j’ai eu du matériel dans mon tibia (clou) et sur mon péroné (plaque). J’ai skié toute la saison avec et je l’ai enlevé au printemps. Maintenant que je n’ai plus aucun matériel, je ne sens plus aucune gêne. La récupération a été longue après cette blessure, mais tout est rentré dans l’ordre.

Tu as été absente de nombreux mois à cause de cette blessure. Quel a été le moment le plus dur à vivre ?

Le moment le plus dur à vivre a été lorsque j’ai réalisé que mon tibia était cassé. Je l’ai senti pratiquement tout de suite après la chute. Beaucoup de rêves s’envolent et on se demande si on va revenir. Il y avait aussi beaucoup de douleurs.

En 2010, tu as participé aux Jeux Olympiques de Vancouver, prenant la onzième place du géant. On imagine que ce classement a été une grande satisfaction pour ta première grande compétition ?

La qualification pour les Jeux était déjà une belle réussite, étant donné que c’était ma première saison en Coupe du monde. Les Jeux furent pour moi exceptionnels ! J’étais ravie de pouvoir skier à mon meilleur niveau pour mon premier grand rendez-vous.

Peux-tu nous décrire comment tu as vécu de l’intérieur cette épreuve de géant des Jeux Olympiques ?

Le géant des Jeux Olympiques n’a pas été simple à gérer puisque la deuxième manche s’est courue le lendemain (la deuxième manche a normalement toujours lieu le même jour que la première, mais les conditions météorologiques avaient obligé les organisateurs à la reporter au lendemain, ndlr). Il y a eu beaucoup d’attente et les conditions étaient relativement humides. Nous avons skié sur de la neige salée, ce qui arrive rarement d’habitude en Coupe du monde. J’ai beaucoup aimé le profil de piste et surtout l’ambiance. Je crois que c’est cette ambiance qui m’a marquée le plus. Une partie de ma famille était à l’arrivée, c’était très sympa de réussir devant eux !

Tu es devenue championne du monde par équipe en 2011. Quelle importance accordes-tu à ce titre mondial ?

Lorsque l’on m’a dit que j’allais participer au parallèle des Championnats du monde, je ne savais même pas qu’il existait ! Autant dire que je n’y accordais pas beaucoup d’importance ! Mais lorsque que je suis arrivée le matin de l’épreuve et que j’ai essayé le parallèle, je me suis tout de suite prise au jeu et j’ai adoré ! Défendre sa nation avec ses coéquipiers, c’était génial ! Et encore plus de battre les Autrichiens en finale ! Ce n’était que du bonheur d’amener la France au sommet.

Lors de ces mêmes Championnats du monde, tu as terminé quatorzième du géant. A l’époque, ce résultat était-il une satisfaction ou bien une déception notamment par rapport à ton meilleur classement aux JO l’année précédente ?

Ce résultat était une grande déception sur le moment ! Je n’arrivais pas avec les mêmes ambitions qu’aux Jeux Olympiques. Cependant, un résultat ne s’analyse jamais seul mais sur l’ensemble de la saison : j’étais contente de la continuité de ma progression pendant cette saison.

Pour l’instant, tu n’es pas encore montée sur un podium de Coupe du monde malgré deux quatrième places lors de la saison 2010-2011. Réaliser un podium est-il ton principal objectif pour la saison prochaine ?

Bien évidemment que les podiums et les premières places sont mes objectifs. Toutefois, je ne chiffre pas mes objectifs en termes de place, mais par rapport à ma capacité à faire le meilleur de moi-même.

Tu disputes des épreuves à la fois en géant et en slalom. Ces deux disciplines demandent-elles une préparation identique ? Mets-tu plus l’accent sur le géant à l’entraînement ?

J’ai plutôt tendance à travailler les deux disciplines de la même manière. Je fais autant de jours de géant que de slalom et mes objectifs techniques sont pratiquement les mêmes. Je fais même un peu de vitesse. Mes résultats ont toujours étés meilleurs en géant alors que j’ai presque une préférence pour le slalom.

Merci beaucoup Anémone et bonne chance pour cette nouvelle saison !

La carrière d’Anémone Marmottan en quelques lignes :

Spécialiste du géant et du slalom, Anémone Marmottan participe à ses premières courses de Coupe du monde en 2009. En février 2010, elle termine 11e du slalom géant des Jeux Olympiques de Vancouver.

Lors de la saison 2010-2011, elle signe deux quatrième places en Coupe du monde, lors des géants de Saint-Moritz et Arber-Zwiesel. Aux Championnats du monde de Garmisch-Partenkirchen (Allemagne), elle termine 14e du géant. Elle y décroche surtout le titre de championne du monde dans l’épreuve par équipe.

En mars 2011, elle se blesse gravement au tibia-péroné. De retour sur les pistes lors de la saison 2011-2012, elle rentre 3 fois dans le top 10. Agée de 24 ans, Anémone Marmottan prépare actuellement la saison prochaine au cours de laquelle les Championnats du monde auront lieu en Autriche.

Pour en savoir plus sur Anémone, visitez son site officiel : www.anemone-marmottan.fr