Interview de François Braud

(combiné nordique)

François Braud est devenu champion du monde par équipe de combiné nordique en février dernier. Après avoir participé aux Jeux Olympiques de Turin en 2006 et de Vancouver en 2010, il se prépare pour ceux de Sotchi. Il espère y remporter une médaille, quatre ans après sa quatrième place par équipe.

François, tu es devenu champion du monde par équipe de combiné nordique en février dernier. Considères-tu ce titre comme la plus belle émotion de ta carrière à ce jour ?

Oui, c’est la plus belle émotion de ma carrière, et de loin. Pouvoir partager un moment comme celui-ci avec toute mon équipe (athlètes, coachs, techniciens) mais aussi la famille et les amis qui étaient sur place, c’est tout simplement incroyable. Et ça donne envie de recommencer !

De façon plus globale, quel regard portes-tu sur l’ensemble de la saison dernière ? Es-tu satisfait de tes performances ?

Globalement, mis à part le titre par équipe à Val di Fiemme, je suis moyennement satisfait car je n’ai pas amélioré mon classement par rapport à l’année précédente. J’ai amélioré certaines choses notamment sur la partie ski de fond mais plafonné sur le saut qui est mon point fort.

Tu as participé pour la première fois aux Jeux Olympiques en 2006 à Turin, à l’âge de 20 ans. Quels souvenirs gardes-tu de cette première participation ?

C’était mes premiers JO, et aussi ma première année sur le circuit Coupe du monde. J’étais comme un gamin là-bas. Je savais que n’y allais pas pour gagner alors j’ai pris un maximum d’informations pour me faire les dents et pour mon expérience personnelle pour la suite. Et je ne faisais pas le malin  de courir avec mes idoles, en plus aux JO ! (rires)

Tu as de nouveau participé aux Jeux Olympiques en 2010 à Vancouver, terminant notamment quatorzième du grand tremplin après t’être élancé en cinquième position à l’issu du saut. Raconte-nous comment tu as vécu cette course particulière ?

Oui, c’était assez particulier car les conditions météorologiques pour le saut ont beaucoup perturbé la fin de manche et tous les favoris ont été pénalisés, notamment Jason (le Français Jason Lamy-Chappuis, ndlr) qui avait gagné sur le petit tremplin. Pour ma part, j’avais fait le job en terminant cinquième du saut. Physiquement, je n’étais pas au mieux de ma forme sur les skis. Mais comme on dit, ce sont les Jeux donc il faut tout donner. On ne sait jamais ! Je suis parti à fond avec l’Américain Demong, qui est devenu champion olympique ce jour-là. Je l’ai suivi deux kilomètres et j’ai vu tout de suite que je n’avais pas les jambes pour le suivre. Dommage. Je me suis battu jusqu’au bout et j’ai fini quatorzième. Content, mais avec des envies de revanche !

Lors de ces Jeux Olympiques de Vancouver, tu as aussi terminé quatrième de la course par équipe. Quatre ans après, cette place au pied du podium est-elle une grosse frustration ?

Oui. Ce fut une grosse frustration sur le coup car on était à la bataille pour une médaille pendant toute la course. Et aux JO, tu y vas pour ça et non pas pour terminer quatrième. Surtout que l’année d’avant aux Mondiaux 2009, on avait aussi fini quatrième aussi alors on voulait tous attraper ce podium. Mais bon, c’est le sport ! Par équipe, on perd ou on gagne à quatre. Toutes ces défaites nous ont permis de nous construire et de nous rendre plus fort. Je pense que cette victoire cet hiver vient de là.

Jason Lamy-Chappuis est la tête d’affiche de l’équipe de France de combiné nordique. Mis à part l’apport évident d’un tel coureur dans le relais, considères-tu que le côtoyer a un impact positif pour tes courses individuelles ?

Oui, c’est certain. L’avoir dans l’équipe et un luxe. Après, nous sommes tous différents et nous avons tous nos expériences. Mais oui, j’essaie de prendre un maximum de ses points forts. C’est un bon repère au quotidien.

En février prochain vont avoir lieu les Jeux Olympiques à Sotchi. Quels y seront tes objectifs ?

Mes objectifs pour Sotchi seront de ramener une médaille par équipe, mais je sais aussi que j’ai les capacités de faire de belles choses en individuel.

Quel est ton programme sportif d’ici la reprise de la saison ?

Nous avons déjà effectué deux stages avec l’équipe. Nous sommes actuellement à Courchevel pour sauter. Pour le reste de l’été, c’est une semaine sur deux en stage. Nous n’allons pas faire les Grands Prix d’été. L’entraînement est assez diversifié avec du vélo, du ski à roulettes, des footings, de la musculation et beaucoup de saut !

Merci beaucoup François et bonne préparation !

Crédits photos : Agence Zoom (photo 2)

La carrière de François Braud en quelques lignes :

Spécialiste du combiné nordique, François Braud devient champion du monde junior en 2006. Il participe à ses premiers Jeux Olympiques cette même année à Turin, terminant 5e par équipe et 42e en individuel. Lors des Championnats du monde 2009, il est notamment 4e par équipe et 10e de la mass start.

En 2010, il est sélectionné pour les Jeux Olympiques de Vancouver. Il y termine 4e par équipe et 14e du grand tremplin après s’être élancé en 5e position à l’issu du saut. C’est en février 2012 qu’il signe sa meilleure performance individuelle en Coupe du monde avec la 4e place de l’épreuve de Grand Tremplin de Klingenthal.

En février dernier, il devient champion du monde par équipe lors des Mondiaux de Val di Fiemme avec ses coéquipiers Jason Lamy-Chappuis, Sébastien Lacroix et Maxime Laheurte. Agé de 26 ans, François Braud se prépare actuellement pour les Jeux Olympiques de Sotchi 2014.

Pour en savoir plus sur François, visitez son site : www.francois-braud.fr