Interview d’Isabelle Delobel

(patinage artistique)

Suite de notre sĂ©rie consacrĂ©e aux athlètes ayant participĂ© aux Jeux Olympiques de Vancouver 2010 avec l’interview d’Isabelle Delobel. Championne du monde 2008 avec Olivier Schoenfelder, elle s’est classĂ©e sixième Ă  Vancouver quatre mois après avoir donnĂ© naissance Ă  son enfant.

Isabelle, vous avez participé à vos premiers Jeux Olympiques à Salt Lake City en 2002, terminant à la 16e place. Quels souvenirs gardez-vous de ces premiers Jeux Olympiques ?

A Salt Lake City, nous avons participé à la cérémonie d’ouverture. C’était magique et magnifique, mais également très bizarre car il y avait des snipers juchés partout suite aux événements du 11 septembre 2001. Aux Etats-Unis, l’organisation était gigantesque. A l’époque, nous habitions à East Hampton, dans l’état du Connecticut, pour l’entraînement. Nous nous entraînions avec Tatiana Tarassova (entraîneuse russe ayant entraîné de nombreux champions Olympiques, ndlr).

Lors des Jeux Olympiques de Turin 2006, vous avez terminé quatrième. Cela a-t-il été difficile de se remettre de la déception d’être passée près du podium ?

La quatrième place aux Jeux Olympiques de Turin 2006 a été très difficile. On est passés si près du podium ! Nous n’avons pas fait la cérémonie à Turin, mais j’ai profité d’aller sur les différents sites.

« Le plus grand moment pour moi a été le titre de champions d’Europe en 2007 »

Vous êtes devenue championne du monde de danse sur glace en 2008. On imagine que cela a été un grand moment partagé avec votre partenaire Olivier Schoenfelder, avec qui vous patiniez depuis très longtemps ?

Le plus grand moment pour moi a été le titre de champions d’Europe en 2007 à Varsovie. C’était un moment de première  réalisation personnelle et un moment qui nous donné la confiance nécessaire pour aller glaner l’or l’année d’après. C’étaient des moments incroyables.

Vous avez participé aux Jeux Olympiques de Vancouver en 2010, quatre mois après avoir donné naissance à un petit garçon. Lorsque vous êtes tombée enceinte, avez-vous dès le début envisagé de participer aux JO ou bien le choix s’est plus tard ?

Avant Vancouver, il faut savoir que nous étions leader de la Coupe du monde en 2008 et que je me suis ensuite blessée lors du gala de clôture de la finale ISU, que nous avons gagnée (en décembre 2008, ndlr). Mon épaule droite devait subir une opération de 4 heures avec une rééducation prévue entre 6 et 9 mois. A partir de là, la donne était différente… La réflexion aussi. Le choix de participer aux JO est arrivé plus tard.

Racontez-nous ces quatre mois entre la naissance de votre enfant et la participation aux Jeux Olympiques de Vancouver. On imagine que cela a dû être dur de reprendre ?

C’était une période de préparation intense et des moments difficiles.

« C’était un beau moment sportif mais c’était également difficile car j’étais loin de mon mari et de mon bébé »

Vous avez terminé sixième de ces JO de Vancouver. Avec le recul, quel sentiment domine : la fierté d’avoir été bien placée si peu de temps après votre accouchement ou bien la déception de ne pas être montée sur le podium ?

Je n’ai jamais rien  regretté et j’ai fait mon maximum. C’était un beau moment sportif mais c’était également difficile car j’étais loin de mon mari et de mon bébé.

Vous avez participé aux Jeux Olympiques de Salt Lake City 2002, Turin 2006 et Vancouver 2010. Quelle est l’édition qui vous a le plus marquée ?

C’est les Jeux Olympiques de Turin. J’ai pu en profiter et aller sur les différents sites  auprès des autres amis sportifs rencontrés pendant les stages de préparation Olympique. C’était un très bon moment, malgré la déception. Et cela reste une belle compétition quand même !

Que devenez-vous et quelles ont Ă©té les principales lignes de votre reconversion depuis l’arrĂŞt de votre carrière en 2010 ?

En septembre 2012, j’ai repris des études de Nutritionniste à Annecy. J’ai eu mon BTS Diététique avec une belle mention. Aujourd’hui, j’ai arrêté cette activité qui me plaisait énormément pour aider un club de patinage à Saint-Gervais. Désormais, je suis entraineur et c’est un métier où je veille au respect des valeurs du sport. Je retournerai peut-être un jour dans le soin, sans doute hospitalier, dans les secteurs de la diabétologie, la dialyse ou la néonatalogie. Ce sont des secteurs techniques mais indispensables en tant que diététicienne nutritionniste.

Merci beaucoup Isabelle d’avoir pris le temps de répondre à ces questions !

La carrière d’Isabelle Delobel en quelques lignes :

Evoluant en danse sur glace avec Olivier Schoenfelder, Isabelle Delobel participe à ses premiers Championnats du monde en 1998 (18e place). Lors des Jeux Olympiques de Salt Lake City 2002, ils terminent 16e. Ils progressent ensuite aux Championnats du monde (6e en 2004, 4e en 2005) et aux Championnats d’Europe (4e en 2004 et médaillés de bronze en 2005).

Aux Jeux Olympiques de Turin 2006, ils terminent 4e. Cette même année, ils sont 4e des Championnats d’Europe et 5e des Championnats du monde. En 2007, ils deviennent champions d’Europe et sont 4e des Championnats du monde. En 2008, ils décrochent le titre de champions du monde et l’argent des Championnats d’Europe.

Quatre mois après avoir donné naissance à un enfant, Isabelle Delobel participe aux Jeux Olympiques de Vancouver 2010 et prend la 6e place avec Olivier Schoenfelder. Le couple met ensuite un terme à sa carrière. Aujourd’hui, Isabelle Delobel est entraineur à Saint-Gervais.

drapeau olympique Participations aux Jeux Olympiques de Salt Lake City 2002, Turin 2006 et Vancouver 2010

Laisser un commentaire

COMMENTAIRE