Interview de Joséphine Pagnier
(saut à ski)

En février dernier, Joséphine Pagnier s’est classée onzième des Jeux Olympiques de Pékin en saut à ski et est montée sur son premier podium de Coupe du monde. Nous l’avons interviewée à quelques jours du début de la saison.

Joséphine, tu as participé aux  Jeux Olympiques de Pékin en février dernier. On imagine que la préparation a dû être une période stressante, avec le risque d’être positive au covid-19 et de louper les Jeux ?

C’est vrai que c’était une période très stressante. Je me suis isolée de ma famille le plus possible, pour que personne n’ait de regret au cas-où je sois positive. J’ai tout fait pour ne pas avoir le covid. La numéro 1 mondiale a été testée positive un jour avant de partir à Pékin et n’a ainsi pas pu participer aux Jeux. Elle n’était même pas malade. Je n’imagine même pas ce qu’elle a pu ressentir !

Tu as terminé onzième du tremplin normal de ces Jeux Olympiques de Pékin 2022. Ce résultat correspondait-il à tes attentes ?

Oui. Mon objectif était de faire un top 15 aux Jeux Olympiques. Je voulais montrer ce que j’étais capable de faire, tout en m’éclatant et en profitant de l’événement. C’était la grosse priorité. Cette performance a coché toutes les cases et j’ai énormément appris de ces Jeux Olympiques.

« Je prenais du plaisir à être là, à participer et à sauter »

Raconte-nous comment tu as vécu cette finale Olympique et tes deux sauts de l’intérieur ?

Sur les entraînements, je me sentais bien et j’étais très régulière dans le top 10. Je prenais du plaisir à être là, à participer et à sauter. Je pense que ça a contribué à mon très bon niveau. Le premier saut était chouette ! Je l’ai beaucoup aimé. Le deuxième saut était quasiment le même, mais j’ai démarré mon mouvement trop tôt. Du coup, j’étais un peu en avance. J’ai eu les pires conditions de la deuxième manche et je n’ai donc pas du tout été aidée de ce côté-là. J’étais un peu déçue de mon deuxième saut : déçue par ce que j’ai fait mais surtout déçue par le jury de la compétition, qui n’a pas été très bon sur cette deuxième manche selon moi.

As-tu ressenti la magie Olympique malgré le contexte du covid-19 ?

Oui. J’ai bien ressenti la magie Olympique. C’était tellement inédit ! C’était en Chine, personne ne connaissait le tremplin (les épreuves pré-Olympiques n’avaient pas pu avoir lieu à cause du covid-19, ndlr) et tout le monde était logé à la même enseigne ! On voyait des choses qu’on n’avait jamais vues. C’est un événement tellement spécial qu’on a beau essayer de se préparer à tout mentalement, il se passe toujours quelque chose de non prévu !

Ton année 2022 a aussi été marquée par ton premier podium en Coupe du monde, avec la troisième place à Hinzenbach en février. Sentais-tu ce jour-là que c’était possible de réaliser un podium ?

Il y avait deux compétitions ce weekend-là. Je suis passée complètement à côté de la première compétition le samedi. Je me sentais capable d’aller chercher un podium sur cette fin de saison. Je voulais tellement y arriver ! Du coup, j’ai mis trop de contrôle dans mes sauts, l’énergie n’était pas au bon endroit et ce n’était pas du tout efficace. J’ai terminé 24e. C’était une grosse contre-performance. Le samedi soir, on a effectué un bon debriefing avec mon coach pour analyser ce qui n’était pas allé. Je n’ai pas trop dormi cette nuit-là !

Le lendemain, j’avais l’optique de faire de mon mieux et de limiter la casse pour la deuxième compétition. En effet, on allait ensuite enchaîner avec une tournée sur les gros tremplins, qui me correspondent mieux. Je me disais : « limite la casse, ça ira mieux la semaine prochaine ! ». Du coup, je ne m’attendais vraiment pas à ce podium ! C’était un apprentissage de plus : c’est quand on veut absolument aller chercher des gros résultats qu’on ne les faits pas. Il vaut mieux se concentrer sur la manière et sur comment faire pour être performante, plutôt que sur le résultat pur et dur. Pour ma part, c’est comme ça que j’arrive à être plus performante.

« L’idée est d’avoir une carrière longue avec des résultats significatifs »

Tu as remporté la médaille l’argent en individuel et la médaille de bronze par équipe mixte aux Jeux Olympiques de la Jeunesse en 2020. On imagine que c’est un très bon souvenir ?

Oui ! J’en garde un excellent souvenir. C’était une semaine où il s’est passé beaucoup de choses. J’ai l’impression que j’étais encore une enfant et que c’était il y a dix ans, mais c’était il y a seulement deux ans ! C’était une belle expérience !

Te consacres-tu à 100% au saut à skis ?

Depuis l’année dernière, je me concentre à 100% au saut à ski. J’ai arrêté mes études après le baccalauréat. J’ai désormais un contrat avec l’Armée. Cela me permet d’être plus sereine dans ma performance et dans mon sport.

Pour finir, quels sont tes objectifs pour cette nouvelle saison et pour les prochaines années ?

Pour cette saison, mon objectif est de stabiliser mon niveau et de réussir à me concentrer sur le contenu de mes sauts plutôt que sur le résultat pur et dur. A plus long terme, l’idée est d’avoir une carrière longue avec des résultats significatifs. J’ai envie de poser des pierres pour la suite dès cette année. Sinon, bien sûr, on veut toutes des résultats !

Merci beaucoup Joséphine et bonne saison !

La carrière de Joséphine Pagnier en quelques lignes :

Joséphine Pagnier remporte la médaille de bronze du concours par équipe lors des Championnats du monde Junior 2018. Elle prend part à sa première étape de Coupe du monde en décembre 2018 et y inscrit son premier point. Elle se classe 31e des Championnats du monde 2019.

Lors des Jeux Olympiques de la Jeunesse de Lausanne 2020, elle remporte la médaille d’argent en individuel et la médaille de bronze par équipe mixte. En 2021, elle termine 16e du tremplin normal et 22e du grand tremplin aux Championnats du monde et devient vice-championne du monde Junior.

En février 2022, elle se classe 11e des Jeux Olympiques de Pékin en tremplin normal. Elle signe cette saison-là son premier podium en Coupe du monde avec la 3e place à Hinzenbach et termine 11e du classement général. Aujourd’hui âgée de 20 ans, Joséphine Pagnier va tenter de continuer sa progression.

drapeau olympique Participation aux Jeux Olympiques de Pékin 2022

Laisser un commentaire

COMMENTAIRE