Interview de Vincent Vittoz

(ski de fond)

L’interview de cette semaine est consacrée à un ancien champion du monde de ski de fond, Vincent Vittoz. Avec trois participations aux Jeux Olympiques et de nombreux podiums en Coupe du monde, il est la figure emblématique du ski de fond français. Entretien.

Vincent, raconte-nous comment tu as débuté le ski de fond… Comment t’es venue cette passion ?

« A l’âge de huit ans, j’ai suivi mon grand frère Stéphane au sein de la section ski de fond du club des sports de La Clusaz. J’ai tout de suite été attiré par la liberté que procure ce sport, les sensations de glisse que l’on ressent avec un matériel léger et le défoulement que cela me procurait. J’avais beaucoup d’énergie et je pouvais vraiment m’exprimer en pratiquant ce sport. »

Tu as participé aux Jeux Olympiques de Nagano, de Salt Lake City et de Turin… De quelle édition gardes-tu le meilleur souvenir ? Pourquoi ?

« Toutes ont été de bons souvenirs avec à chaque fois une expérience différente. Nagano a été sympa, j’étais là pour apprendre et vivre les Jeux à fond. J’ai participé à quatre courses, aux deux cérémonies… J’ai pu voir d’autres sports et échanger avec d’autres athlètes, ou vivre de près les médailles d’autres Français. »

En 2005, tu deviens champion du monde de poursuite… Est-ce la réalisation de ton plus grand rêve ?

« D’un de mes plus grands, certainement. Aucun Français n’avait réussi une telle performance. On me disait souvent qu’il n’était pas possible pour un Français de réussir en ski de fond : avec l’appui d’un super staff technique, j’ai démontré le contraire ce jour-là. »

Quel regard portes-tu sur ta saison 2008/2009 ?

« C’est une bonne saison, j’ai pu me maintenir parmi les meilleurs mondiaux en signant trois podiums en Coupe du monde et deux top 10 aux Championnats du monde. Il manque peut-être un petit plus avec une victoire ou une médaille aux Championnats du monde, mais le niveau est très dense avec l’émergence cette saison d’une nouvelle génération très talentueuse. »

Durant l’intersaison, comment te prépares-tu pour être prêt lors des premières courses ?

« L’entraînement estival est essentiellement basé sur le travail foncier (aérobie) afin de construire de solides fondations pour soutenir le rythme des compétitions durant l’hiver. Je fais quatre à cinq heures par jour, six jours par semaine, de ski sur glacier, ski à roulette, course à pied, vélo ou musculation. »

L’année prochaine ont lieu les Jeux Olympiques de Vancouver… Quels y seront tes objectifs ?

« Une médaille, elle manque à mon palmarès. »

Merci beaucoup Vincent d’avoir pris le temps de répondre à ces questions !

La carrière de Vincent Vittoz en quelques lignes :

Vincent Vittoz participe à sa première épreuve de Coupe du monde en 1996. Une année plus tard, il prend part aux Championnats du monde disputés en Norvège, où il termine notamment 16e du 30 km poursuite.

Durant sa carrière, Vincent Vittoz participe à trois éditions des Jeux Olympiques. En 1998, pour ses premiers JO (à Nagano), il obtient la 19e place de la poursuite. En 2002, à Salt Lake City, il termine 11e du 30 km, 13e de la poursuite et 8e en relais avec l’équipe de France. En 2006, à Turin, il améliore encore ses performances mais ne décroche malheureusement pas de médaille : 6e du 30 km poursuite, 9e du 50 km libre et 4e du relais.

L’année 2005 est historique : il devient champion du monde de poursuite à Oberstdorf (Allemagne) et termine 2e du classement général de la Coupe du monde, soit la meilleure performance d’un Français en ski de fond.

Depuis, Vincent Vittoz fait toujours partie des meilleurs fondeurs mondiaux et il tentera d’enrichir son palmarès avec une médaille olympique à Vancouver l’année prochaine !

Pour en savoir plus sur Vincent, visitez son site officiel : vincentvittoz.com