Interview de Kévin Rolland

(ski freestyle)

Ancien champion du monde de ski half-pipe et vainqueur des X Games, Kévin Rolland est l’une des principales chances de médailles françaises pour les Jeux Olympiques d’hiver de Sotchi. Lui même affiche clairement son ambition : l’or olympique. Nous l’avons rencontré.

Kévin, le ski half-pipe va entrer au programme Olympique pour la première fois aux Jeux Olympiques de Sotchi. Cela t’amène-t-il une motivation et une excitation supplémentaire d’être peut-être le premier médaillé Olympique de l’histoire de ta discipline ?

Oui. C’est vraiment quelque chose d’excitant. Gagner les Jeux Olympiques cette saison serait pour moi bien plus excitant que de les gagner dans quatre ans. C’est un gros enjeu pour moi, que ce soit dans ma carrière sportive ou dans ma vie. C’est une aventure qui va être intéressante !

Si ta discipline n’était pas entrée au programme Olympique, cela aurait-il eu une influence sur la poursuite de ta carrière ou bien sur ton investissement et ta motivation ?

Aucunement. Mon sport n’avait pas du tout besoin des Jeux Olympiques pour exister. Mais ça me fait vraiment plaisir de pouvoir partager à un grand public cet événement qui est corps à la base. C’est un sport visuel qui plaît, qui parle aux jeunes, avec tout un aspect lifestyle. Il n’y a pas que la performance pure : il y a aussi tout le style autour. Ça a toujours été important. Maintenant, les Jeux me donnent un peu plus de poids pour en parler, par exemple avec les medias. Ma finalité et ce qui est important pour moi, c’est de pouvoir parler de mon sport.

Tu détiens un palmarès important en ski half-pipe avec notamment un titre de champion du monde et un petit globe de cristal du half-pipe en 2009, une médaille d’argent aux Mondiaux 2011 ainsi que plusieurs victoires aux X Games. Quel est le titre dont tu es le plus fier ?

Les titres dont je suis le plus fier sont mes médailles aux X Games. J’aurais du mal à dire laquelle car c’était à chaque fois les mêmes joies. Les X Games sont ce que je regarde depuis que je suis tout petit. Ce sont les compétitions où le niveau est le plus élevé.

On a appris récemment la fin des X Games Europe, notamment ceux de Tignes. On imagine que cela a été un coup dur pour toi ?

Oui, ça a été un coup dur. C’est une grosse déception. Comme je l’ai dit, je veux parler de mon sport. Les X Games étaient du pain béni. Tous les médias s’intéressaient d’un coup à nous. Ça faisait une grosse promotion pour notre sport et en même temps, c’était le seul endroit où on pouvait skier devant la famille et les amis. Il y avait une ambiance vraiment particulière.

C’est fini. Je tourne la page. Je n’y pense déjà plus. Je trouve que le point positif est que cela va revaloriser les X Games à Aspen, qui vont redevenir le rendez-vous majeur (sauf l’année des Jeux Olympiques). Je pense que ce sport ne peut pas vivre s’il n’y a que les Jeux Olympiques. Il ne faut vraiment pas négliger le reste parce que sinon il va mourir.

Etant donné ton palmarès, tu fais partie des sportifs français dont le public et les médias vont attendre une médaille aux Jeux Olympiques de Sotchi. Sens-tu déjà aujourd’hui cette pression ?

Oui, je la sens. Surtout dans les journées où je rencontre beaucoup de médias, dont des médias que je n’ai pas l’habitude de voir. Je ressens une très grosse pression mais ce n’est pas ça qui me fait peur. J’ai toujours été bon sous la pression donc je ne vois pas pourquoi ça changerait aux Jeux Olympiques !

As-tu déjà ou comptes-tu prochainement demander des conseils à des sportifs ayant déjà participé aux Jeux Olympiques de façon à mieux appréhender l’événement ?

Je suis en ce moment en train de tourner un documentaire pour Canal+ et j’en ai profité pour intégrer des sportifs avec qui j’avais envie de parler. J’ai passé cet été une journée avec Carl Lewis aux X Games. Je suis allé voir les X Games d’été et il est venu me voir. On a parlé. Il a vraiment été intéressant et il m’a réconforté dans l’idée que je me faisais des Jeux Olympiques.

Pour finir, quels sont tes objectifs pour la saison prochaine ?

La saison prochaine, l’objectif est forcément de gagner les Jeux Olympiques. Avec une médaille, je serais satisfait mais pas épanoui. Mais il n’y a pas que les Jeux Olympiques : il y a aussi mon événement à la Plagne, le « Shred it ». J’organise un événement pour faire découvrir le ski freestyle à la population qui n’est pas très corps et aux enfants de la région. J’amène les meilleurs skieurs du monde chez moi, à la Plagne. C’est aussi un de mes gros objectifs.

Merci beaucoup Kévin ! En te souhaitant beaucoup de succès cette saison !

La carrière de Kévin Rolland en quelques lignes :

Skieur freestyle spécialiste du half-pipe, Kévin Rolland remporte le titre de champion du monde junior en 2007. Il signe son premier podium de Coupe du monde en 2008, aux Contamines-Montjoie.

En 2009, il devient champion du monde à Inawashiro (Japon). Cette même année, il remporte le petit globe de cristal du classement général de la Coupe du monde de half-pipe. En 2010, il s’impose aux X Games à Aspen ainsi qu’aux X Games Europe à Tignes. Il réalise le même doublé en 2011, année où il prend aussi l’argent des Championnats du monde.

En mars 2013, il termine 7e des Championnats du monde. Aujourd’hui âgé de 24 ans, Kévin Rolland vise la médaille d’or lors des Jeux de Sotchi 2014, où le ski half-pipe fera son apparition au programme Olympique.

Pour en savoir plus sur Kévin, visitez son site officiel : followus.tv