Interview de Mattéo Baud
(combiné nordique)

Mattéo Baud a participé à ses premiers Jeux Olympiques en février dernier à Pékin. Il y a notamment terminé cinquième par équipe et dix-huitième du petit tremplin. Il nous explique comment il a vécu cette expérience Olympique.

Mattéo, tu as participé aux Jeux Olympiques de Pékin en février dernier. On imagine que la préparation a dû être une période stressante, avec le  risque d’être positif au covid-19 et de louper les Jeux ?

J’avoue que c’était une période assez stressante et éprouvante. Les Jeux Olympiques sont un événement très important qui amène de base beaucoup de tension et de stress. Mais la situation sanitaire a vraiment accentué cela. Afin de faire un bon bloc d’entraînement avant les JO, on a décidé de faire l’impasse sur quelques Coupes du monde et on était donc vraiment à part. C’était assez long et oppressant  d’être dans cette bulle et de faire attention à tout ! Je ne voyais pas beaucoup ma famille et mes proches. Je portais le masque tout le temps. Jusqu’à la veille de la première épreuve, je n’étais pas serein !

Tu as terminé dix-huitième du petit tremplin et vingt-et-unième du grand tremplin en combiné nordique aux JO de Pékin. Ces performances en individuel correspondaient-elles à tes objectifs ?

Je crois que j’étais le plus jeune de mon épreuve. Je suis vraiment allé à Pékin pour montrer ce que je savais faire. Je ne m’étais pas mis de limite ni d’objectif précis. Je suis satisfait de ce que j’ai fait aux tremplins (douzième du petit tremplin et seizième du grand tremplin après le saut, ndlr). Être près du top 10, c’était vraiment encourageant ! C’est le gros point positif des JO. Les courses de ski de fond étaient très solides et il ne manquait pas grande chose pour faire de belles performances. Les années d’âge me manquent un peu sur le foncier. L’accumulation des années et l’expérience jouent beaucoup sur ce sport. Ces performances correspondaient donc largement à mes objectifs et cela me servira vraiment pour la suite.

« Je garde de cette expérience des souvenirs inoubliables »

Tu as également fini à la cinquième place en relais avec l’équipe de France lors de ces Jeux Olympiques de Pékin. Raconte-nous comment tu as vécu cette épreuve de l’intérieur ?

C’était une superbe épreuve ! On apprécie toujours de faire des relais. Il y a à chaque fois beaucoup d’envie, d’engouement et de stress pour l’équipe. On était très motivés. On n’avait pas grand-chose à perdre. On avait l’envie de bien faire et on était détendus. Chacun a donné le maximum et cela s’est très bien passé. Terminer cinquième était un beau résultat étant donné le niveau de chacun et ce qu’on avait réalisé sur le début de la Coupe du monde. Pour ma part, j’ai réussi un super saut ! J’étais à une seconde de gagner mon groupe. Et ma course de ski était très correcte. C’est un bon souvenir ! 

As-tu ressenti une pression supplémentaire sur tes épreuves du fait qu’il s’agissait des Jeux Olympiques ?

La plus grosse pression que j’ai ressentie, c’était sur le petit tremplin, qui était ma première course. Il y avait beaucoup d’attente et j’étais vraiment stressé. La pression médiatique était présente. Tous mes proches m’envoyaient beaucoup de messages. Les quelques jours avant la compétition étaient les plus durs !

As-tu quand même pu profiter de la magie Olympique malgré le contexte du covid-19 ?

Oui. On est arrivés sur place quelques jours avant le début des Jeux. On n’a malheureusement pas pu participer aux cérémonies d’ouverture et de clôture. J’étais content d’être aux JO. Malgré tout le contexte, il n’y a rien eu de déplaisant pour moi. Il y avait quelques contraintes, mais je garde de cette expérience des souvenirs inoubliables et gravés dans ma mémoire à vie.

« J’aimerais me rapprocher des meilleurs mondiaux »

Ton père Frédéric avait aussi participé aux Jeux Olympiques en combiné nordique, à Salt Lake City en 2002. T’avait-il parlé de son expérience et cela t’a-t-il aidé à Pékin ?

Oui. Mon père est un peu mon « confident ». Il connaît le milieu, il a été athlète et il est donc pour moi un peu comme un deuxième entraîneur. On a bien sûr beaucoup parlé de son expérience Olympique. Il m’a expliqué ce qu’il avait pu faire comme erreurs sur ce genre d’événement, ce qu’il fallait faire ou ne pas faire selon lui… C’était une aide supplémentaire, que j’étais bien sûr content d’avoir.

Tu as participé aux Jeux Olympiques de la Jeunesse de Lausanne 2020, où tu as terminé quatrième en individuel. Cette place était-elle une satisfaction ou bien une frustration d’être au pied du podium ?

A l’époque, j’étais plutôt déçu de ma performance. Même si j’avais donné le maximum et que je n’avais rien à regretter, j’avais un peu de frustration parce que la compétition se déroulait à la maison (bien que Lausanne fût la ville organisatrice, le combiné nordique a eu lieu en France, à Prémanon, ndlr). Mais après-coup, je me dis que ce n’était pas une mauvaise performance en soi !

Pour finir, quels sont tes objectifs pour cette nouvelle saison et pour les prochaines années ?

Sur la Coupe du monde, l’objectif est de continuer à progresser du mieux possible. J’aimerais me rapprocher des meilleurs mondiaux. Ce qui m’intéresse à terme, c’est de devenir le meilleur mondial. Je garde ça en tête et j’essaie de travailler, travailler et travailler encore pour y arriver.

Pour cette saison, les compétitions les plus importantes seront les Championnats du monde en février et la Coupe du monde de Chaux-Neuve en janvier, qui aura lieu à la maison. Je mets un point d’honneur à y faire des belles performances !

Merci beaucoup Mattéo pour ta disponibilité et bonne saison !

La carrière de Mattéo Baud en quelques lignes :

Mattéo Baud termine 4e à la fois en individuel et par équipe mixte aux Jeux Olympiques de la Jeunesse de Lausanne 2020. Dans la foulée, il se classe 8e en individuel et remporte la médaille d’argent par équipe aux Championnats du monde Junior 2020.

En novembre 2020, il prend part à sa première épreuve de Coupe du monde. Lors des Championnats du monde 2021, il termine 16e du grand tremplin, 24e du petit tremplin et deux fois 6e par équipe. Cette même année, il devient vice-champion du monde Junior et se classe 13e d’une épreuve de Coupe du monde.

En février 2022, il participe aux Jeux Olympiques de Pékin. Il se classe 18e du petit tremplin, 21e du grand tremplin et 5e par équipe. Aujourd’hui âgé de 20 ans, Mattéo Baud va tenter de continuer sa progression cette saison.

drapeau olympique Participation aux Jeux Olympiques de Pékin 2022

Laisser un commentaire

COMMENTAIRE