Interview de Vanessa James

(patinage artistique)

Vanessa James est devenue championne d’Europe en janvier dernier avec son partenaire Morgan Ciprès. Le couple a passé un cap en 2018, avec une cinquième place aux Jeux Olympiques de Pyeongchang suivie d’une médaille de bronze aux Championnats du monde. Nous les avons rencontré lors du gala « All That Skate », organisé en Corée du Sud.

Vanessa, vous êtes devenue championne d’Europe en janvier dernier avec votre partenaire Morgan Ciprès. Pour vous, est-ce une consécration ou bien une étape vers des objectifs plus élevés ?

C’est bien évidemment une étape. C’est toujours difficile de monter sur le podium et encore plus de gagner. On ne peut jamais être sûr de soi, car ça peut être une bonne journée comme une mauvaise journée. On avait alors tout remporté depuis le début de la saison donc on avait de la pression. On savait qu’on en était capables. C’était une étape. On a gagné les Championnats d’Europe et on espère qu’on peut continuer sur cette voie !

Depuis cette saison, le couple que vous formez avec Morgan Ciprès fait partie des favoris pour chaque compétition. Cette pression est-elle difficile à gérer ?

On a toujours essayé de rester concentrés sur nous-mêmes. On essaie de ne pas penser aux attentes des autres, de la Fédération ou du public. Je pense que c’est grâce à ça qu’on a réussi cette saison. La pression monte facilement quand on entend le public et les médias. Mais on s’efforce de rester concentrés sur ce qu’on doit faire sur la glace, de façon à faire tomber cette pression.

En 2018, vous avez terminé cinquième des Jeux Olympiques de Pyeongchang, avant de remporter ensuite la médaille de bronze des Championnats du monde. Avec le recul, cela vous laisse-t-il des regrets sur les Jeux Olympiques ?

Non, on n’a pas de regrets. On n’avait jamais remporté de médaille mondiale auparavant. C’était donc difficile de le faire aux JO. Cela aurait été une surprise et tout le monde aurait été content. Je pense que même si on avait patiné sans erreur, on n’aurait peut-être pas été sur le podium. Le seul regret est par rapport à la performance : c’est d’avoir raté un saut. On a appris des JO pour être plus forts aux Championnats du monde. C’est ce qu’il fallait faire !

Le patinage artistique est très populaire dans de nombreux pays. Devant quel public préférez-vous évoluer ?

Devant le public français, bien sûr ! Le patinage artistique est très populaire en Russie, en Corée, au Japon, au Canada, mais pas trop en France. C’est dommage. Bien qu’on soit un petit pays, on a beaucoup de talents ! Mais c’est vrai que s’il y avait plus de personnes connaissant bien le patinage et donnant envie aux enfants, je pense qu’on pourrait avoir beaucoup plus de médailles.

Au cours de votre carrière, vous avez patiné avec deux partenaires : Yannick Bonheur entre 2008 et 2010, et Morgan Ciprès depuis 2010. Cela a-t-il été difficile de s’adapter à un nouveau partenaire en 2010 ?

Oui, surtout parce que Morgan n’avait jamais patiné en couple. Moi, j’avais commencé avec Yannick, avec qui j’ai patiné pendant deux ans. Je n’avais pas beaucoup d’expérience en couple donc c’était un  peu difficile d’apprendre à Morgan. C’était très fatigant pour nous deux car on ne pouvait pas vraiment compenser l’un et l’autre. La transition a été difficile parce que ça a pris du temps pour évoluer, mais je pense que ça fait aujourd’hui notre force ! Je pense que former un couple avec Morgan était le meilleur choix de ma carrière. Je n’ai aucun regret !

Vous avez participé à trois éditions des Jeux Olympiques : Vancouver 2010, Sotchi 2014 et Pyeongchang 2018. Quelle édition vous a le plus marquée ?

Tous les Jeux sont impressionnants. Mais je pense que les derniers, à Pyeongchang, étaient les plus mémorables parce qu’on était proches du podium et qu’on avait un saut très difficile que tout le monde attendait. Tout le monde attendait des choses à ces JO. Alors qu’à Vancouver, on était quand même loin, et qu’à Sotchi, on était dans le top 10. Le fait d’être dans le top 5 donne une autre ambiance. On voulait montrer qu’on était là et qu’on ne faisait pas juste participer.

Le fait de patiner en couple provoque-t-il des spécificités sur l’entraînement et la préparation ? Vous entraînez-vous toujours à deux ?

On s’entraîne ensemble la majeure partie du temps car on doit beaucoup travailler le timing. La plupart de nos éléments se font ensemble. On travaille les sauts individuels, les pirouettes, le fait de se sentir plus libérés pour la glisse, les extensions… Sinon, on fait une séance de 30 minutes tout seul, pour la glisse ainsi que pour les sauts car ils nécessitent de pouvoir être concentré sur soi. Au lieu de penser tout le temps à ton partenaire, il faut aussi se concentrer sur ses propres choses à corriger. Même si tu as un timing à respecter avec ton partenaire, il faut être fort et parfois pratiquer la technique tout seul.

Merci beaucoup Vanessa pour votre gentillesse et bonne chance pour la saison prochaine !

La carrière de Vanessa James en quelques lignes :

Vanessa James commence sa carrière en individuel et devient championne de Grande-Bretagne en 2006. En 2008, elle commence à patiner en couple avec Yannick Bonheur, sous les couleurs de la France. Ils sont sélectionnés pour les Jeux Olympiques de Vancouver 2010, dont ils prennent la 14e place. Cette même année, le couple se sépare.

Vanessa commence à patiner avec Morgan Ciprès en 2010. En 2012, ils terminent 6e de leurs premiers Championnats d’Europe et 16e de leurs premiers Championnats du monde. Ils poursuivent leur progression aux Championnats d’Europe (4e en 2013 et 5e en 2014) et aux Championnats du monde (8e en 2013). Lors des Jeux Olympiques de Sotchi en 2014, le couple termine 10e.

Ils remportent leur première médaille internationale en 2017 avec le bronze des Championnats d’Europe. En 2018, ils prennent la 5e place des Jeux Olympiques de Pyeongchang. Cette même année, ils remportent la médaille de bronze des Championnats du monde. En 2019, ils deviennent champions d’Europe. Aujourd’hui âgée de 31 ans, Vanessa James compte à ce jour 7 titres de championne de France.

Participations aux JO de Vancouver 2010, Sotchi 2014, Pyeongchang 2018

Cliquez ici pour lire l’interview du partenaire de Vanessa : Morgan Ciprès.